AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un titre inutile, Hayden F. Harris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Un titre inutile, Hayden F. Harris   Jeu 5 Fév - 23:30

→ EN COUPLE OU CÉLIBATAIRE ? PARLE-NOUS UN PEU DE TA VIE SENTIMENTALE ACTUELLE
   Je suis fiancé à une jeune femme blonde aux yeux blondes, suite à ce que j'ai fais à Kandee, je suis parti pour oublier tout ça. Mais surtout pour oublier Tina, la meilleure amie de Kandee, mais aussi avec qui je l'ai trompé. Je suis un connard n'es-ce-pas ? Depuis j'essaye de refaire ma vie, avec les choses dans l'ordre pour une fois... Je n'ai jamais été très chanceux en amour.

   → ENTRE NOUS… CROIS-TU RÉELLEMENT EN L’AMOUR ?
   Oui, j'y crois depuis que j'ai rencontré Tina, alors que j'étais en couple avec Kandee, même si cela était sérieux. Tina me faisait sentir complétement différent, et puis il y avait cette attirance qui était très présente entre nous, qu'on y a succombé le temps d'un soir. J'étais à la final, tomber éperdument fou amoureux d'elle, mais je l'ai perdu en faisant cette erreur... Elle me faisait sentir un meilleur homme que je ne l'étais, et surtout, cette complicité qu'on se partageait, n'était pas comparable.

   → PARLE-NOUS DE TA PREMIÈRE HISTOIRE D'AMOUR.
   Ma toute première histoire d'amour, où j'ai commencé une vraie relation sérieuse, était Kandee. Rien de sérieux, mais je tenais énormément à elle. Je suis succombé à l'attirance sexuel, qu'il y avait entre moi et Tina était incontrôlable, je m'étais attaché à ces deux femmes, puis je les ai perdues toute les deux par ma faute, je l'admet complétement, mais avec Tina, je me sentais completé. Depuis, j'ai déménagé à Chicago, afin de m'éloigner de tout cela, j'ai rencontré quelqu'un, nous sommes en couple depuis bientôt deux ans, et je lui ai demandé sa main, dans un restaurant chic pour la St Valentin.

   → COMMENT VOIS-TU LA PERSONNE DE TES RÊVES ?
   Elle serait souriante dès qu'elle me voit, cela me donnerait une raison de me lever le matin, même si j'aurais du mal à la quitter. Une personne tout à fait simple, je n'ai pas de préférences pour les filles, cette personne qui t'accepterait exactement pour ce que tu es en gros.

   
Hayden FabianHarris
ft Josh Hartnett
   
Citation


   
Hello! moi c'est Hayden F. Harris, mais tout le monde me nomme Harris ou Hayden. J'ai vu le jour le 18 décembre 1986 à New-York. J'ai donc 27 ans. Il se trouve que je suis hétérosexuel et fiancé. Pour gagner ma vie je suis un ancien militaire, et désormais agent CPD. Je fais partie des Miss You Love You. Il paraît que je ressemble énormément à Josh Hartnett. Et je remercie TUMBLR & Bazzart pour les images de mon joli visage.

   
Fumeur ▻ Gentil ▻  Jaloux ▻ Romantique ▻ lucide ▻ colérique ▻ déterminé ▻ optimiste ▻ nerveux ▻ Drôle ▻ tête en l'air ▻ travailleur ▻ très têtu ▻ protecteur

   ▻ Se lève tôt le matin ▻ Fume la clope en buvant son café ▻ tripote toujours sa gourmette à cause de la nervosité ▻ Court le matin ▻ cuisine souvent, il adore ça ▻ passe toujours sa main dans ses cheveux ▻ se laisse pousser la barbe de quelques jours ▻ Rentre tard le soir, à cause de son travail ▻ Il aime son métier ▻ Il adore embêter les gens qu'il aime ▻ Il a une forte libido ▻ Prend depuis toujours des douches chaudes pendant un bon moment ▻ Il boit au moins deux tasses de cafés le matin avant de partir travailler ▻ Il a gardé la gourmette de Tina qu'il avait pris par erreur qu'il cache dans son tiroir.

   
Stay with me

Prénom/Pseudo ⊱ Ahah Âge ⊱ 20 ans Scénario ou PI? ⊱ Scénario Présence ⊱ 4 jours/7 Comment as-tu découvert CIL? ⊱ Par une amie Comment le trouves-tu? ⊱ Pas mal jusqu'ici ! Un double compte? ⊱ Non. Un dernier mot? ⊱ Je sens que je vais bien m'amuser !

   
Code:
<span class="pris">Josh Hartnett</span> ⊱ hayden fabian harris
   


Dernière édition par Hayden F. Harris le Jeu 5 Fév - 23:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un titre inutile, Hayden F. Harris   Jeu 5 Fév - 23:32

la vie est loin d'être un fleuve tranquille

THIS IS THE STORY ABOUT A BOY IS HAYDEN FABIAN HARRIS. ►

Nous étions au mois de septembre 2001, à peine âgé de 16 ans, par une matinée pluvieuse de New-York, j’étais dans ma chambre, la tête collée sur mon oreiller, où je dormais paisiblement, le bruit de la pluie qui tapait sur les vitres de l’appartement luxueuse où j’étais, ne me dérangeait pas pour autant. C’est mon réveil qui le fit, effectivement, j’avais repris les cours il y a quelques jours de cela, où j’étais rentré dans un lycée prestigieux privé. J’avais passé mes vacances en Italie, auprès des grands-parents maternel, où le retour fit difficile. J’ouvris doucement les yeux qui voulaient rester fermés, puis je m’étira comme un chat qui s’étire lors de son réveil. Puis mes yeux se posèrent sur la porte, où j’avais entendu le bruit des marches, c’était ma mère qui venait de toquer à ma porte afin de vérifié que j’étais bel et bien réveiller. « Hayden ? Réveille toi, ton père ne vas pas tarder à partir. » Dit-elle, d’une voix autoritaire. Je grommela sans plus attendre, oui j’aimais pas qu’on me parlait le matin, j’avais tendance à être grincheux. Dans un élan de force, je me leva, les cheveux dans tout les sens, je pris la peine de m’enfiler un t-shirt qui trainait sur la chaise, et essaya de me recoiffer en passant la main dans mes cheveux rapidement, puis frotta un oeil avec la paume de ma main. Je traina alors mes pieds jusqu’en bas, où mon père se trouvait dans son bureau, rangeant les papiers, lorsqu’il me vit, un sourire se dessina sur son visage, qui me faisait sourire. J’attrapa une carafe en verre, et un verre, où je fis glisser le jus d’orange dans mon verre, en m’adossant contre le comptoir, en approchant les lèvres de mon verre pour une boire une gorgée. « Hayden ! Mon fils, tu viens ce soir au gala ? » Dit-il en souriant, un sourire que je ne pourrais jamais oublier, mon père et moi, nous étions les meilleurs amis du monde, il me comprenait, et je le comprenais, je devais reprendre son entreprise une fois qu’il sera à la retraite, tandis que ma mère était assise sur le sofa à lire des magazines comme d’habitude. Mon père était fier d’avoir un fils, qui pouvait reprendre son héritage. « Ne serait-ce pour boire un bon scotch de trente ans d’âge tout les deux ? » Dis-je en plaisantant, j’entendais mon père rigoler, un rire joyeux qui traversait tout l’appartement de New-York. «Arrête de dire des bêtises tu veux ? On se voit ce soir mon fils, et .. travaille à l’école ! » Dit-il, en me pointant le doigt, avant de me donner une tape à l’épaule en rigolant.
Je parti sur le champs me préparer, j’enfilais la tenue prestigieuse qui était un pantalon noire, de belles chaussures, une chemise, et une cravate avec des rayures bleus et rouges, avec une veste bleu, je nouais à peine la cravate, j’en portais trop souvent, j’attrapais mon sac et parti rejoindre l’école.
Au bout d’une vingtaine minutes j’arrivais sur les lieux, voyant pas mal de personnes de mon lycée affolé, scotché sur leur téléphone, je regardais à droite et à gauche, je m’empressa de sortir mon téléphone, afin de voir ce qu’il se passait, mais une personne m’interrompu en prononçant mon nom de famille. C’était le proviseur en chair et en os, qui sortait uniquement pour les occasions importantes, ou lorsqu’il y avait des délits dans le lycée, je dois dire que je le voyais trop souvent à mon goût, je n’étais pas un saint. «Mr. Harris, veuillez nous suivre, je vous prie. »Je rangea mon téléphone, on se dépêchait de rejoindre le bureau, où se passait en général les renvois des étudiants. Ce dernier, il s’assit sur sa chaise, prenant une grande inspiration, puis ôta ses lunettes qui étaient posés sur son nez en les jetant sur le bureau. Lorsqu’il est prononça ses mots, je savais que ma vie allait changé à tout jamais. « Mr. Harris, j’ai le regret de vous annoncé qu’il y a eu un attentat à New-York, dans les tours… Vous devriez rentrer chez vous, et essayer d’appeler votre père. »  Dit-il, j’entendais encore la voix de mon père qui résonnait dans mon oreille, un bruit sourd se fit entendre, comme si je prenais une grosse claque sur mon visage. Tout se passait au ralenti, mes mains tremblaient, je ne savais pas quoi faire, juste je voulais partir, courir aussi vite que je le pouvais pour rentrer à l’appartement, mais ne pouvant pas, très choqué à cause de cette nouvelle, mon corps tout entier était figé. En effet, nous étions le onze septembre ce jour-là.



«  Harris ! Plus vite ! Faites-moi cinquante pompes !» Entendais-je crier derrière moi, nous étions en 2008, âgé de 24 ans. Je m’étais engagé à l’armé après avoir perdu mon père, c’était ma manière de faire mon deuil, m’engager pour agir dans la bonne cause. Ça faisait depuis mes 18 ans que j’y étais. On se préparait à partir en Afghanistan dans une semaine, nos bagages étaient prêts, et ils choisissaient les meilleurs pilotes, ou tireurs. Je faisais parti de ceux qui savait piloter, j’adorais ça, c’était libérateur. C’était difficile, mais je tenais bon grâce à mes camarades. Je n’avais plus que ma mère, celle-ci était tombée dans la dépression, seule à la maison lorsque je suis parti.
Une semaine après, j’étais arrivé en Afghanistan, où la guerre se montrait très rageur. J’étais dans l’avion, où nous étions censés de se déposer dans un milieu de nulle part, quand un bombardement de tirs surgissaient de nulle part, et tira sur l’aile, qui parti comme un simple éclat, il n’y avait plus rien à faire, j’étais supposé de mourir ce jour-là.
« Monsieur? Quel est votre nom? » Demandait-elle lorsque j’ouvris mes yeux, c’était tellement flou, j’arrivais à peine voir, mon dernier souvenir était lorsque je m’apprêtais à m’écraser sur le sol. Je regarda autour de moi, tout ce que je voyais c’était des fils collés sur moi, un tas de bandages, je me tourna doucement vers cette infirmière. «  Où suis-je ? » demandais-je, je voulais savoir à tout prix ce qu’il m’était arrivé. L’infirmière semblait surprise, elle regarda ses notes, et mon tableau d’au dessus de moi. « Vous êtes à l’hôpital monsieur, comment vous vous appelez ? » Demandait-elle, une nouvelle fois, j’avais compris que j’étais inconnu ici. « Harris… Hayden Harris. »  Dis-je d’une voix faible. Elle le nota rapidement, et j’entendais des propos français, mais heureusement quelques uns pouvaient parler de ma langue, j’étais américain. Elle posa ma main sur mon biceps, et s’approcha de moi doucement. « Très bien, Mr. Harris, vous êtes à Paris, à l’hôpital de St Camille, on vous a transféré ici sous l’ordre de votre chef. » Dit-elle doucement. À Paris ? Vraiment ? Je passa quelques mois à l’hôpital, à faire de la rééducation pour reprendre la mobilité de mes jambes.


Quelques mois après, je venais de finir ma rééducation à l’hôpital, j’avais appris quelques mots français qui pourraient m’aider dans cette ville qui ne dort jamais. J’avais décidé de rester ici pendant quelques temps, j’avais largement les moyens, j’avais pris un appartement à côté de Trocadero, près de la Tour Eiffel, assez luxueux.
« Hayden » dit-il en hurlant autour de lui, dans un café de Starbuck, mon café m’attendait, je pris la première tasse poser en commençant à boire, doucement, jusqu’à ce que je remarque que ce n’était pas mon prénom. Mais d’une certaine Kandee, elle s’approcha de moi doucement, avec un bel accent, mais je ne comprenais pas un mot. « Désolé, je suis américain. » Dis-je en souriant, la gaffe que je venais de faire, était juste énorme, comment j’avais pas pu faire attention ? « Pas de problème, je parle anglais assez couramment. » Dit-elle en rigolant, j’étais assez soulagé en réalité. « Super, vous êtes ma première vraie discussion en anglais ! En français, je suis complètement nul ! Je crains. » Dis-je en rétorquant, on s’échangèrent nos tasses, puis on commença à parler tout les deux, où quelques mois après, on commencèrent à sortir ensemble.
« Tina, je te présente Hayden... » , arrivais-je après être sorti du métro, je m’empressais d’allumer une cigarette devant les filles tout souriant, je croisa le regard de Tina, une beauté fatale qui me déstabilisait, Kandee me parlait tout le temps d’elle, comme si c’était son âme-soeur. Je souffla une grande fumé qui sortait de ma bouche en souriant, puis m’approcha d’elle en lui faisant la bise, durant quelques mois avec Kandee, j’avais pu apprendre à parler tout doucement cette superbe langue. « Kandee m’a beaucoup parlé de toi ! Tu sais que si tu veux la garder, il va falloir t’entendre avec moi. » avouait-elle en me regardant, je posa ma cigarette sur mes lèvres afin de prendre une autre bouffé de cigarette avant de souffler en l’air en souriant. «  C’est que j’ai cru comprendre. » Dis-je en lui faisant un clin d’oeil, elle proposa qu’on ferait mieux de rentrer en ce mois de décembre, j’avais l’habitude du froid, à New-York, il faisait terriblement froid. «  Je vous suis ! » On passa une excellente soirée, où j’avais payé le repas de ces jeunes filles, tandis que mon regard était posé sur Tina, je n’arrivais pas à détacher mes yeux d’elle.
Quelques semaines après avoir passé le nouvel an, et Noël dans le plus grand calme possible, Tina et moi on se retrouva chez elle, où Kandee devait finir son travail dans une heure. On préparait un gâteau, pour l’anniversaire de Kandee, et j’avais acheté un gros cadeau pour elle. Dans un élan enfantin, j’avais plongé ma main dans la ganache de chocolat, et j’essuyais la main sur son T-shirt blanc sur sa poitrine pour rigoler, elle fut choquée, en effet, on se provoquait tout les deux. Elle leva la tête, bouche ouverte, « Tu vas le payer Hayden… » puis, on commença à éclater de rires comme des enfants, où on se jeter la ganache sur nous deux, on courra vers la salle de bain, où celle-ci voulait voulait se rincer le T-shirt. Je la poussa dans la baignoire en allumant l’eau en prenant le jet, celle-ci elle criait à cause de la froideur de l’eau. Elle attrapa mon bras, et me tira dans la baignoire, on se mouillait en se battant, jusqu’à ce qu’on se croise nos regards, où on s’arrêtait de rires net, nos bouches tellement près, résister à l’envie était difficile, on ne voulait pas faire ça à Kandee, surtout pas ça, c’était la pire des choses qu’on devait faire. Puis Kandee rentra dans la salle de bain, en nous surprenant, puis elle éclata de rires, on leva nos têtes vers elle, sans plus attendre. « Surprise ? » Dit Tina, en souriant, également gênée, elle me poussa doucement. On passa également une bonne soirée, où j’étais au côté de Kandee, et de quelques amis. Tina commençait à se montrer distante, que je ne comprenais pas. Surtout que je ne comprenais pas, comment je pouvais faire ça à Kandee ? J’étais à deux doigts de la tromper, c’était ma petite-amie.


Au bout d’une idylle d’un an, Kandee et moi, tout se portait pour le mieux, mais Tina et moi on commença à moins se voir, la frustration se faisait ressentir en moi. J’avais besoin de la voir, de la voir sourire… Mais je ne pouvais pas dire cela à Kandee, sachant que Kandee travaillait ce soir là, je ne pouvais pas m’empêcher de passer chez elles. Elle ouvrit sur le champ la porte, sans doute, parce qu’elle ne s’y attendait pas de me voir. « Tu rejettes tous mes appels, tu refuses mes invitations, je me suis dis que la seule façon de te voir serait de te forcer la main. » M’expliquais-je en rentrant, je ne comprenais pas pourquoi on s’était éloigné si facilement. « Kandee n’est pas là. » Dit-elle, elle évitait le sujet, je ne comprenais pas, comment cela avait pu arriver ? « Je sais. » Sans plus attendre, je décida de m’avancer vers elle, posant mes mains sur ses hanches lentement, je ne pouvais plus attendre, je ne voulais plus résister à cette tentation. Les choses dérapaient petit à petit, où celle-ci me supplia de ne pas faire cette erreur, mais je savais pertinemment que je faisais, tout ce que je voulais c’était elle, juste elle. Les choses l’un après l’autre, nous faisions l’amour ce soir là, sur le canapé, les choses allaient tellement vite où l’attirance sexuel se faisait désirer.
« Et Kandee, qu’est-ce-que tu vas lui dire ? » Demandais-je à Tina, on venait de faire quelque chose d’irréparable. On décida de recommencer une nouvelle fois, comme un au revoir.


Quelques jours après, alors qu’on s’évitait, afin de masquer une nouvelle fois cette attirance, j’avais croisé Kandee en bas de l’appartement où on s’était dis de se retrouver assez urgent, elle me jeta une gifle qui arrivait sur ma joue. Je ne l’avais pas vu venir, dois-je dire. « Comment tu as pu ?! » Demandait-elle, je savais de quoi elle parlait, mais je ne voulais pas lui faire de mal. « De quoi parles-tu ?! » Demandais-je une nouvelle fois. « De Tina ! Tu as couché avec elle ! » Dit-elle, ses mots résonnaient une nouvelle fois dans ma tête, il était vrai. « Mais de quoi tu parles Kandee ?! » dis-je en essayant de nié la vérité, j’étais amoureux d’une autre femme, et je ne voulais pas que ça se finisse de cette manière. « Et en plus tu mens! Dégage ! » Dit-elle, elle commença à me donner des coups sur mon torse pour que je puisse partir, chose que je fis sans que je puisse me retourner. Je jeta un dernier coup d’oeil derrière mon dos, elle s’empressait de rentrer. Je parti en rentrant chez moi, en commençant à faire ma valise, pour partir. C’était la meilleure chose à faire.


Voici bientôt 1 ans et demie que je parti, que je suis rentré chez moi aux États-Unis, pendant un temps j’étais à New-York, puis j’étais parti à Chicago, afin de recommencer tout le début. Je rencontra une nouvelle fille, Grace, où elle était complètement le contraire de Tina. Il y avait un soir où j’avais appelé « Lore’, c’est Hayden. Il faut vraiment que tu répondes à mes appels. J’en peux plus d’être loin de toi, j’ai besoin de toi, alors s’il te plaît, rappelle-moi. » Dis-je dans la salle de bain, puis elle me rappelait une seconde après, prononçant ses mots qui me brisa le coeur. Ma main tremblait en laissant le téléphone sur le bip, elle avait raccroché, c’était la dernière fois que j’entendais cette douce voix, je sorti de la salle de bain, en demandant la main de Grace, je voulais être sûr que ce serait fini entre elle et moi, afin de ne pas répéter la même erreur. Celle-ci dit : « Oui » !
Puis, quelques mois après, nous étions dans la rue, où j’accompagnais ma fiancé à son travail, où je croisa de l’autre côté du trottoir Tina…..  


Dernière édition par Hayden F. Harris le Ven 6 Fév - 18:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



♔ MESSAGES : 121
♔ CELEBRITE : Keno Weidner
♔ ARRIVÉE LE : 13/12/2014

MessageSujet: Re: Un titre inutile, Hayden F. Harris   Ven 6 Fév - 9:40

Bienvenue parmi nous !
N'hésite pas si besoin, le staff est là. :)
Bon courage pour ta fiche !


J'ai toujours pensé que la vie valait la peine d'être vécue, rien que pour le plaisir qu'on peut se procurer si l'on est assez malin pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un titre inutile, Hayden F. Harris   Ven 6 Fév - 17:16

    Tu sais que t'es canon toi ? On va former un duo de malade . Bonne chance pour ta fiche, hâte de lire en tout cas :heart2: et merci de prendre mon scénario :sweet2:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un titre inutile, Hayden F. Harris   Ven 6 Fév - 18:38

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un titre inutile, Hayden F. Harris   Ven 6 Fév - 19:19

Bienvenue parmi nouus ! Et n'hésite pas en cas de besoin :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un titre inutile, Hayden F. Harris   Ven 6 Fév - 19:22

    Pour moi, tout est parfait. Tu peux valider bébou ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un titre inutile, Hayden F. Harris   Ven 6 Fév - 19:30

De ce fait, je te valide ♥ ! Tu peux d'ores et déjà aller faire toutes les demandes nécessaires à ton personnage: liens, rp, métier, logement et, si besoin, de lieu ! Have fun ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un titre inutile, Hayden F. Harris   Lun 2 Mar - 8:26

Bienvenue. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un titre inutile, Hayden F. Harris   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un titre inutile, Hayden F. Harris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Inutile] J'aime / J'aime pas
» [X] A morning in autumn [PV Hayden]
» souvenir du passé....(libre)(pas d idée de titre)
» Le Seigneur des Anneaux, autre titre ?
» Bélier (limite minimale du nombre de caractère du titre : check !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WILD THING ™ :: Présentation des membres validés.-
Sauter vers: