AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.   Mer 24 Déc - 12:47

→ EN COUPLE OU CÉLIBATAIRE ? PARLE-NOUS UN PEU DE TA VIE SENTIMENTALE ACTUELLE
Actuellement, je suis célibataire. Ou enfin, disons que c'est plutôt compliqué. Je sors d'un long moment "d'absence" dans la vie réelle. Non, je n'ai pas été matérialisé dans un jeu vidéo.. ou encore une idée bizarre comme on m'en a fait la suggestion. Mais disons que cette absence n'a pas vraiment privilégié le fait d'avoir une relation sentimentale.

   → ENTRE NOUS… CROIS-TU RÉELLEMENT EN L’AMOUR ?
 L'amour, c'est tellement vaste, tellement peu concret, tellement peu expressif pour dire tout ce qu'il en est. On ne croit pas en une chose pareille. On peut rêver de le vivre, le vivre ou tout simplement, passer à côté, ce qui, en soit, est assez bête autant l'avouer.

   → PARLE-NOUS DE TA PREMIÈRE HISTOIRE D'AMOUR.
 Ma première histoire d'amour ? Oulàà, ça remonte, tout ça. Je crois qu'on devait avor 12 ans. Elle était "banale" d'après mon meilleur ami. Moi, je la trouvais tout ce qu'il y avait de parfait. Et puis, elle avait les mêmes centres d'intérêts que moi, même si, au final, on n'aimait pas forcément les mêmes choses, ce qui faisait qu'on ne s'ennuyait pas du tout. Elle avait un humour à craquer, et un sourire parfait. Mais j'étais avant toute chose tombé amoureux de sa personnalité. Elle était patiente, calme, gentille, toujours souriante, et elle ne se vexait pas facilement. Son plus grand défaut, je crois que j'avais pensé que c'était qu'elle ne se confiait pas assez. On est restés deux ans ensemble, après que j'aie fait le premier pas comme un grand. Avec elle, j'agissais toujours comme un grand. Mon but n'était pas de craner, au contraire. Mais j'imaginais presque vivre mon entière vie avec elle. Et puis, elle est partie en Australie, et alors qu'on n'avait pas rompu pour autant, on a perdu contact au fil du temps. Puis, quand il y a eu les réseaux sociaux et qu'elle s'est inscrite dessus, j'ai vu qu'elle avait trouvé quelqu'un d'autre. D'un autre côté, on ne se parlait plus beaucoup, on ne se voyait plus du tout, ça pouvait se comprendre malgré tout, même si ça faisait mal de la voir avec un autre sans même avoir pris le temps de rompre avec moi.

   → COMMENT VOIS-TU LA PERSONNE DE TES RÊVES ?
Physiquement, je n'ai pas vraiment de portrait "type". Juste peut-être qu'elle ne soit pas rachitique. Je préfère les filles qui ont des formes, quitte à être un peu trop grosse, je m'en fiche. Après, il faut quelqu'un avec qui je m'entends bien, quelqu'un qui ne risque pas de prendre constamment la mouche pour rien, même si ça peut arriver, ça arrive à tout le monde, moi le premier. Alors je pense juste que c'est sa personnalité qui prônera. Après, il y a toujours des personnalités qui se rapprochent de ce que l'on aime sans pour autant que ça nous plaise, donc je ne sais pas trop quoi rajouter.
   
Tristan MichaelPotter
ft Paul Wesley
   
It makes it easier to fake it


   
Hello! moi c'est Tristan M. Potter, mais tout le monde me nomme Tris ou Titi. J'ai vu le jour le 23 juillet 1987 à Richmond, Virginie . J'ai donc 27 ans. Il se trouve que je suis hétérosexuel et célibataire. Pour gagner ma vie je suis pompier. Je fais partie des Unkiss Me . Il paraît que je ressemble énormément à Paul Wesley. Et je remercie Belikovs pour les images de mon joli visage.

   
étourdi ▻ patient ▻  imprudent ▻ courageux ▻ nonchalant ▻ amusant ▻ inattentif ▻ digne de confiance ▻ complexé ▻ indulgent ▻ entêté ▻ respectueux ▻ lunatique ▻ inventif ▻

   ▻ Dès qu'il passe devant un miroir, il se regarde. Bon dieu ce qu'il a vieillit ! ▻ Il aime avoir une coiffure parfaite. Beaucoup de gel, et assez souvent, il passe la main dans ses cheveux pour vérifier que tout est en ordre. Sinon, il remet comme il faut ▻ Quand il mange, il met tout au centre de son assiette avant de commencer▻ Il triture toujours la gourmette que sa mère lui a offert quand il est sorti du coma ▻ quand on parle de quelque chose qu'il ne connait pas, ne comprend pas, ou dont il ne se souvent pas, il hausse un sourcil et baisse la tête d'un air de dire "si quelqu'un m'expliquait, ce serait plutôt chouette" ▻ tic/habitude/manie ▻ Il a souvent le regard perdu, à regretter les années qu'il n'a pas vraiment pu vivre ▻ Parfois, Tristan cherche ses mots, ayant un peu peur de sortir un mot qui serait peut-être incompris. Après tout, il a le vocabulaire d'il y a 10 ans▻ Il demande souvent conseil à sa famille. Après tout, ils savent mieux que lui beaucoup de chose ▻ L'informatique...? Une tablette ? Un smartphone ? Quesako ? ▻ Pour se retenir de dire un quelque chose de méchant ou qui pourrait vexer, il se mord la lèvre, parfois jusqu'au sang ▻ Tristan ne mange pas de viande rouge comme le boeuf, le lapin.... ▻ la nourriture industrielle, il a du mal, parce qu'il ne connait pas vraiment ▻ Il fait beaucoup de sport pour évacuer, et surtout reprendre le contrôle total de ses fonctions motrices ▻

   
Stay with me

Prénom/Pseudo ⊱ Mélaïs Âge ⊱ 19 ans Scénario ou PI? ⊱ Un peu les deux.. mais disons PI Présence ⊱ au moins 2/7j sauf cas exceptionnel au niveau des coursComment as-tu découvert Pretty Hurts? ⊱ Eeuuuhh... Il y a longtemps.. par une pub sur facebook, je crois, ou sur PRD..  Comment le trouves-tu? ⊱ Toujours au top (y) Un double compte? ⊱ Thomas J. Osborne Un dernier mot? ⊱ Wazaaaaa ! xD

   
Code:
<span class="pris">PAUL WESLEY</span> ⊱ tristan m. potter
   


Dernière édition par Tristan M. Potter le Sam 3 Jan - 11:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.   Mer 24 Déc - 12:47

Life is about not knowing, having to change, taking the moment and making the best of it, without knowing what’s going to happen next. Delicious ambiguity

   
Vous raconter mon histoire ? Vous êtes sûrs ? Parce que ce n'est vraiment pas ce qu'il y a de plus joyeux, croyez-moi... Bon, si vous y tenez tant ! Alors, par quoi commencer... Je m'appelle Tristan Potter. Enfin, aux yeux de l'Etat Civil. Parce qu'en vrai, je m'appelais Michael James. Et j'ai été abandonné par mes parents alors que je n'avais que quelques mois. Je n'ai jamais vraiment su pourquoi ils m'avaient laissé, seul, au beau matin, devant l'orphelinat ou j'ai grandi pendant presque un an entier. C'est eux qui avaient choisi de changer mon prénom, puisqu'il y avait déjà deux Michael, qui étaient plus grands que moi, et qui s'étaient chacun accommodé à leur prénom. Et vu que j'avais un air triste, alors que je n'étais encore qu'un bambin, la nurse qui s'occupait de moi, a choisi Tristan comme prénom. En plus, elle le trouvait joli. Bien évidemment, je n'ai pas de souvenir de cette époque. C'est juste ce qu'il y a d'écrit dans le petit carnet de l'orphelinat que m'ont donné mes parents, les Potter. Les seuls qui aient jamais fait quoi que ce ne soit pour moi, qui m'aient nourrit, aimé, et surtout, qui ne m'ont jamais abandonné nulle part. Ça, c'est ce que j'appelle une famille. Mais bon, commençons par le commencement ! Donc, au bout des presque un an à l'orphelinat, une famille est venue me chercher. Mais pas pour m'adopter. Vous savez, les familles d'accueil et tout le blabla. On vous fait croire que vous avez une chance de vous en sortir, mais ces familles sont là juste pour toucher la rente qu'il y a à la fin du mois pour avoir pris sous leur aile un enfant abandonné. Leurs enfants passent avant tout, et leurs bêtises se transforment vite en les nôtres. Finalement, à mes cinq ans, j'étais de retour à l'orphelinat. Et bien évidemment, quand une famille d'accueil refuse un enfant, et que celles qui suivent également, ça ne fait pas forcément une très bonne réputation. Oulà, bien au contraire. On est vu comme un petit fauteur de trouble. Autant dire que ce n'est pas très facile à vivre, surtout quand on va à la même école, qu'on vit, s'endort et se réveille avec les mêmes personnes. J'ai cru que je ne m'en sortirais jamais. Puis, des familles sont venues pour adopter. Beaucoup de famille. Et bien évidemment, j'étais de ceux qui ne partaient pas. Les gens que j'appréciais partaient. Même ceux que je n'aimais pas plus que ça. Et secrètement, je me mettais à espérer avoir leur chance. Oui, je voulais avoir des parents une famille, de quoi espérer et rêver. Mais ce n'est pas toujours ce que l'on veut qui arrive. Ou pas directement. J'ai dû attendre d'avoir 7 ans et demi pour qu'une famille vienne me prendre. La directrice de l'orphelinat ne cessait de me raconter que j'avais une chance inouïe. Les couples préféraient généralement des enfants en bas âge. Mais voilà, j'étais là, face à la famille qui deviendrait la mienne. Les Potter. La famille avait déjà un petit garçon adopté, Ethan, qui avait quelques années de moins que moi, et j'étais déjà grand. Mais pourtant, la connexion entre ma nouvelle mère et mon nouveau père, ainsi que le reste de la famille s'est fait extrêmement rapidement. Même s'il a fallu attendre quatre bonnes années avant que je n'arrive à les appeler à coup sûr "papa" et "maman". Au final, dans la famille, on se retrouvait à quatre enfants, dont seulement un qui était l'enfant de sang de mes parents. Mais nous avions une chance extraordinaire, les Potter nous considéraient tous comme leurs enfants de sang. Je m'entendais bien avec chacun de mes frères et sœurs. Notamment Ethan. On avait trois ans d'écart, mais ça ne changeait rien.
A l'école, je dirais que j'étais un élève banal. Je n'arrivais pas à avoir de très bonne notes, même si mon père me faisait travailler beaucoup une fois à la maison, mais comme j'essayais de participer, et non pas de participer avec mes voisins de table, les professeurs voyaient que c'était simplement des difficultés, et non pas de la mauvaise volonté. J'avais un très bon ami au collège, de qui je suis resté très proche en toute circonstance, à vrai dire. Malgré ce qu'il s'est passé plus tard. Quand on s'est retrouvé, c'était comme si on ne s'était jamais perdu de vue. J'avais aussi rencontré l'amour. Un amour qui m'a fait mal comme rien d'autre ne m'aurait fait mal de la sorte. Mais je m'en étais remis, par je ne sais quel miracle.
Sinon que dire du reste de ma vie… ? Elle était banale, sans plus. Je n’ai jamais eu à me plaindre, mais sinon, je n’ai pas non plus eu quoi que ce ne soit de miraculeux. Puis, à mes dix-huit ans, alors que je me baladais à pieds en rentrant du sport, une voiture qui allait un peu trop vite dans une contrallée avait raté l’arrêt devant moi, alors que je traversais sur un passage pourtant clouté.
Je me suis réveillé dans une salle blanche, le regard fixé au plafond. Puis une infirmière m’a regardé, un grand sourire sur les lèvres, m’informant gentiment que je sortais d’un coma. Depuis plus de neuf ans. Comment dire… je me suis senti volé. Et puis ma famille est arrivée, un peu plus tard dans la journée. Ils avaient tous tellement… changé, vieilli, grandi. Et je n’avais rien de toutes ses années. J’avais envie de hurler ma rage, d’autant que certaines des choses que mes frères et sœurs disaient n’avaient juste aucun sens pour moi. Puis, les semaines ont passé, et on m’a fait faire de la rééducation, pour que je retrouve l’usage de tous mes membres normalement, et petit à petit. Puis, même si l’hôpital n’était pas mon endroit préféré, je m’y suis habitué. J’y suis encore très souvent, et pendant trois mois, j’ai vécu dans les endroits pour les familles, avec une toute petite chambre, parce que normalement, je ne devais pas rentrer chez moi, mais je serais devenu fou autrement. Pendant la rééducation, j’ai rencontré une jeune femme, qui était aussi une patiente de l’hôpital. C’était un peu mon premier vrai contact avec la vie humaine, pour moi les infirmières n’étant pas vraiment une tasse de thé. Même si je n’ai rien à dire, au final, j’ai quand même trouvé des amis. Mais avec cette fille, c’était différent. J’ai pu un peu rattraper mon retard sur les nouvelles technologies, même si je ne comprends pas tout, autant l’avouer. Elle avait la joie de vivre, et quand je suis sorti de l’hôpital, j’étais juste triste de la laisser. Elle est assez malade, et je continue de venir outre mes séances de rééducation, pour la voir. On est devenu vraiment proches et elle est une véritable amie pour moi. Quelqu’un de très important, sans qui je ne voyais pas comment la vie pourrait être aussi bien. Aussi, je suis devenu beaucoup plus proche que les gens de ma famille. Ils sont aux petits soins avec moi. Je voudrais juste qu’ils arrêtent de s’inquiéter pour rien. Je vais bien, je suis en vie. Et je fais tout ce que je peux pour ne pas oublier et ne pas regretter ce sentiment. Je me suis mis au sport, d’ailleurs. Et j’aimerais devenir pompier. Après tout, à part mon bac, je n’ai aucune qualification. Et vu que je fais du sport de façon intensive, et ce même en dehors des séances de rééducation, je pense que je peux avoir la condition physique pour devenir pompier. Et puis, même plus petit, c’était ce que je voulais faire. Enfin je continue de m’entraîner pour pouvoir prétendre à ce poste. En espérant que je puisse entrer là-dedans ! En attendant, il faut que je me trouve des petits boulots pour pouvoir mettre des sous de côtés afin de pouvoir vivre ma vie en dehors de chez mes parents. Que d’ailleurs, je suis très heureux d’avoir à nouveaux à mes côtés. Mais même si ça me paraît irréaliste, j’ai 27 ans, presque 28… je ne peux pas rester ad vitam aeternam chez eux. Alors j’essaie d’avancer au mieux, avec le retard considérable que j’ai pris sur ma vie. En espérant que tout se passe pour le mieux !


Dernière édition par Tristan M. Potter le Sam 17 Jan - 11:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.   Mer 24 Déc - 13:49

Sistah :P :heart2: Merci encore d'adhérer à la famille potter :sweet2:
Revenir en haut Aller en bas
avatar



♔ MESSAGES : 121
♔ CELEBRITE : Keno Weidner
♔ ARRIVÉE LE : 13/12/2014

MessageSujet: Re: I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.   Mar 30 Déc - 15:58

Rebienvenuuuue ♥


J'ai toujours pensé que la vie valait la peine d'être vécue, rien que pour le plaisir qu'on peut se procurer si l'on est assez malin pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.   Jeu 1 Jan - 11:59

Merciii ! J'essaie de terminer ma fiche ce soir, j'ai pas trop eu le temps en ce moment :/
Revenir en haut Aller en bas
avatar



♔ MESSAGES : 531
♔ CELEBRITE : Emeraude Toubia
♔ ARRIVÉE LE : 14/04/2014

MessageSujet: Re: I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.   Jeu 1 Jan - 14:56

Rebienvenue ! I love you
Prends ton temps, c'est tout-à-fait compréhensible. tongue


I don't say his name, no more.
I know that's what people say-- you'll get over it. I'd say it, too. But I know it's not true. Oh, youll be happy again, never fear. But you won't forget. Every time you fall in love it will be because something in the man reminds you of him.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.   Dim 4 Jan - 18:20


Rebienvenue & bonne chance pour ta fiche.
Si tu as des questions hésites pas tu sais où nous trouver de toute façon !! :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.   Mer 14 Jan - 19:53

Bienvenue. :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.   Dim 18 Jan - 13:42

Parfait pour moi ! Je te valide donc, et tu sais ce qu'il te reste à faire mon beau. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.   

Revenir en haut Aller en bas
 
I wanted a perfect ending. Now I’ve learned, the hard way, that some poems don’t rhyme, and some stories don’t have a clear beginning, middle, and end.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de Wanted / Renom / Honneur Xino & Jenaiz
» Renom et Wanted du tigre marin !
» picture perfect memories - nolà
» Wanted : Partenaire(s) pour RP !
» Perfect World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WILD THING ™ :: Présentation des membres validés.-
Sauter vers: